Selon les conclusions tirées de l'enquête, si 30 % des ménages doivent rembourser un emprunt hypothécaire, tous ne sont cependant pas logés à la même enseigne. Ainsi, pour 10,2 % d'entre eux, le capital restant à rembourser représente plus de 80 % de la valeur du logement. Le pourcentage est un peu plus élevé (12,8 %) s'agissant des ménages dont la mensualité absorbe plus de 30 % des revenus bruts.

Et 26 % des ménages disposent d'une épargne qui ne leur permettrait pas de faire face au remboursement de leur emprunt hypothécaire plus de six mois en cas de perte de revenus. Autrement dit : une profonde récession, accompagnée de pertes d'emplois et/ou de diminution des revenus, mettrait un nombre non négligeable de ménages endettés dans des difficultés financières.