Sur la Grand-Place, quelques irréductibles courageux profitent de la tiédeur toute relative pour s'accorder un petit verre en terrasse, engoncés dans d'épais manteaux. Face à eux, au milieu d'une couronne d'arbres nus, la statue des frères van Eyck accroche les rayons obliques du soleil hivernal. Les deux peintres primitifs flamands - très probablement originaires des lieux - semblent tailler le bout de gras, tandis qu'au loin, le haut-parleur invisible d'un magasin crachote une musique indéterminable.
...