Si la météo froide et humide de ces dernières semaines aura bien retardé la dispersion du pollen, le bouleau n'en a pas pour autant dit son dernier mot. "Depuis le mardi 3 avril, nous observons chaque jour une augmentation des concentrations, avec successivement deux, neuf puis 19 grains de pollen de bouleau par mètre cube d'air à Bruxelles", expose Nicolas Bruffaerts, responsable du réseau national de surveillance du pollen chez Sciensano.

"L'amélioration des conditions météorologiques devrait entraîner une hausse significative de ces concentrations, et donc du risque d'allergies", poursuit-il. Le seuil critique pour les personnes sensibles se situe à 80 grains de pollen par mètre cube d'air. Au-delà, mouchoirs jetables et lunettes de soleil ou de vue seront de bonne compagnie afin d'éviter par exemple les réactions de contact.

Que faire ?

Sciensano recommande en outre d'éviter de laisser sécher son linge à l'extérieur et de rouler les fenêtres fermées lors des déplacements en voiture. Les précipitations devraient soulager momentanément les plus allergiques car la pluie rabat les grains de pollen au sol et aide ainsi à baisser le niveau de risque.