Les conséquences sont moins lourdes pour les patientes qui sont traitées via une opération exploratoire, qui consiste à prélever un morceau de tissu afin de l'analyser avant de passer à un autre traitement. Les coûts pour la sécurité sociale sont aussi moins conséquents. Pourtant, dans le cas d'un cancer de l'utérus, seules 52% des opérations chirurgicales sont effectuées selon ce procédé. Pour le col de l'utérus, il s'agit de 57%.

Ces données proviennent d'une étude de la Fondation Registre du Cancer et de chiffres de l'Inami.

Les grands hôpitaux par contre ont recours à cette méthode dans 95% des cas pour le traitement des cancers de l'utérus ou du col de l'utérus.

Huit gynécologues ont dès lors adressé une lettre à Maggie De Block lui demandant de centraliser le traitement de ces cancers dans des centres de référence. La ministre de la Santé défend déjà une telle démarche.