" Tourists go home ". " Tourist terrorist ". Voici quelques-uns des slogans qui ont pourri la belle saison l'an dernier. L'été 2017 a été celui de l'insurrection des autochtones contre les touristes trop nombreux, irrespectueux, sans intérêt pour l'économie locale. Venise est l'exemple le plus parlant : en haute saison, la cité lacustre voit déferler chaque jour plus de 40.000 touristes, pour la plupart des croisiéristes fraîchement débarqués de leur gigantesque paquebot. Ecoeurés, les Vénitiens n'hésitent pas à descendre dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol. Mais il n'y a pas que Venise. Les habitants d'Amsterdam, Palma de Majorque, Barcelone, Berlin et Du-brovnik n'en peuvent plus non plus. Le nombre de visiteurs à Dubrovnik a littéralement explosé depuis le tournage de la série
...