1. Connaître les bonnes dimensions

Il est indispensable d'avoir en tête les références exactes de ses pneus, la marque ou le modèle ne suffisant pas. Celles-ci sont inscrites sur le flanc, par exemple: 185/70 R15 (largeur de 185mm, hauteur des flancs 70% de 185mm, R pour Radial, 15 pour jante de 15 pouces). Elles sont suivies de deux lettres d'indice de charge et de vitesse. Un vendeur peut vous proposer des indices supérieurs, mais jamais inférieurs, sauf pour un pneu hiver qui bénéficie d'une tolérance concernant celui de la vitesse. Toute erreur entraîne une obligation de remplacement lors du contrôle technique.

2. Choisir un modèle adapté

Si vous conduisez sur neige ou verglas, il existe désormais des pneus "4 saisons" homologués hiver qui supportent aussi la chaleur de l'été. Nul besoin, dans ce cas, de permuter ses roues en hiver et au printemps. Pratique! Deux bémols: ils coûtent 15 à 20% plus cher que des classiques pneus été et ils font généralement un peu plus de bruit.

3. Déchiffrer l'étiquette

Obligatoire depuis 2012, elle donne trois indications essentielles: l'économie de carburant (2 à 4% au mieux), le bruit extérieur et l'adhérence au freinage sur sol mouillé. En revanche, elle ne donne aucun renseignement sur l'adhérence en virage ou sa longévité.

4. Adopter la bonne gamme

Il existe trois catégories de pneus: les premiums, les intermédiaires et les low cost.

  • La première (Michelin, Continental, Bridgestone, Goodyear, Dunlop et Pirelli) offre le meilleur en termes d'adhérence, mais ils restent assez chers (de 450 à 600€ pour une Peugeot 508).
  • Les marques intermédiaires (Firestone, Kleber, Uniroyal, Vredestein, Hankook...) sont souvent des filiales des premiums. Elles en reprennent la technologie avec trois à cinq ans de retard: un bon compromis (comptez 280 à 400€ pour une Peugeot 508).
  • Quant aux low cost, elles font indéniablement baisser la facture (comptez 180 à 200€), au risque de tomber sur des pneus s'usant vite, peu adhérents, voire rechapés. Un pis-aller pour une voiture en fin de vie n'effectuant que de courts trajets à faible allure.

Quand les changer?

Si vous voyez affleurer de petits rectangles en relief au fond des sillons- les témoins de l'usure -, le minimum réglementaire de 1,6mm est atteint: le remplacement des pneus est alors impératif. De même en cas d'entaille ou de hernie ou sur le flanc. L'âge compte aussi. Au-delà de cinq ans, les pneus doivent être inspectés tous les ans par un spécialiste. Tous les dix ans, il faudra les changer.

Acheter sur internet?

Vous y retrouverez des prix très compétitifs et un vaste choix de modèles, avec la possibilité de vous faire livrer chez un garagiste partenaire qui les montera moyennant 60 à 80€.

Auteur : Jean Savary (NT-F.com)